Sélectionner une page

Ce que signifie être sur le devant de la scène pour le cheval

Que signifie réellement le fait d’être sur l’avant-main, du point de vue du cheval ? Voici selon le vendeur de ceinture sur mesure pour équitation a Lyon, quelques réflexions :

Manque d’équilibre.

D’abord et avant tout, dès que nous montons sur le dos du cheval, nous perturbons son équilibre. Les chevaux naturellement équilibrés doivent négocier le mouvement avec le poids et le (dés)équilibre du cavalier. Les chevaux naturellement déséquilibrés doivent négocier la gravité non seulement avec leurs propres tendances à des mouvements malsains, mais aussi avec le poids supplémentaire du cavalier.

Lourd sur les pieds avant.

Avez-vous déjà entendu un cheval frapper lourdement ses pieds sur le sol de l’arène ? Si vous vous êtes déjà demandé si ce martèlement des pieds pouvait nuire au cheval à long terme, vous avez raison.

Douleurs dans les sabots, les articulations et les tendons des pieds avant.

Si vous voyagez assez longtemps sur l’avant-main, vous créez une recette parfaite pour une éventuelle boiterie. Les pattes avant n’ont pas été conçues pour supporter la majeure partie du poids du cheval et du cavalier pendant de longues périodes.

Le dos creux.

Un cheval qui est lourd à l’avant doit souvent compenser dans d’autres parties de son corps. Ne soyez donc pas surpris de découvrir que le cheval doit abaisser son dos, ou devenir plus “balancé”. En creusant le “pont” qui porte le cavalier, le cheval contrebalance le poids qui se trouve sur l’avant. De cette façon, il ne tombe pas vraiment la tête la première sur le sol.

Un cou renforcé pour contrer la gravité.

De la même manière qu’il doit abaisser son dos, le cheval doit parfois abaisser la base de son cou et relever sa tête. Cela l’aidera à continuer à avancer même si le poids de l’avant du cheval est important.

Restriction de l’action et de la capacité des postérieurs.

Lorsque le cou est abaissé et que le dos est creux, l’arrière-train ne peut tout simplement pas soutenir le corps. Il n’y a pas de place pour que les jambes puissent s’étendre vers l’avant et sous le corps, alors qu’elles doivent être là pour recevoir la majeure partie du poids.

Des foulées courtes.

Les foulées sont plus courtes parce que le cheval devient plus terreux. Afin de maintenir l’équilibre de l’avant-main, le cheval doit se démener pour ne pas tomber en avant. Les membres antérieurs et postérieurs raccourcissent leurs foulées et accélèrent souvent leur rythme.

Trébuchements et trébuchements.

Bien que nous aimions mettre les trébuchements et les faux pas sur le compte de problèmes externes tels que la coupe des pieds, la pose des pieds et la sellerie, si vous observez et analysez attentivement, vous remarquerez que la façon d’aller du cheval est souvent responsable de ses faux pas réguliers et de ses chutes occasionnelles sur les genoux.

Les rênes tirent sur la bouche.

Le cavalier ressent souvent le déséquilibre (même s’il ne sait pas comment il est causé) et donc, pour aider à corriger cette sensation gênante, il prendra les rênes dans un effort pour se maintenir en selle.

Tension dans tout le corps.

Vous savez, le cheval qui semble ne jamais se sentir bien, mais vous ne pouvez pas dire exactement ce qui ne va pas ? Cela peut être dû à la tension des muscles. Un cheval qui est lourd sur l’avant-main doit être tendu afin de contrebalancer l’équilibre de l’avant-main.

Respiration courte et superficielle.

Lorsque le cheval est serré et tendu dans le corps, il a plus de mal à respirer. Si vous entendez des respirations profondes et fortes, et occasionnellement de longs reniflements qui secouent le corps, alors vous savez que vous êtes sur la bonne voie pour permettre au cheval de se déplacer confortablement sous vous.

Insécurités mentales.

Les mouvements déséquilibrés sont souvent à l’origine de troubles mentaux. Les chevaux qui doivent régulièrement lutter contre la gravité ont tendance à perdre confiance en leur cavalier et affichent parfois des comportements irritants tels que des mouvements de queue, des oreilles dressées, des cabrioles et des coups de pied.


Si cette liste vous fait frémir et que vous pensez que l’équitation sur le coup droit est la racine de tous les maux, vous commencez à comprendre.

Il n’y a pas deux façons de le dire : être monté sur l’antérieur cause au cheval beaucoup de difficultés, voire des dommages physiques. N’oubliez jamais que le cheval n’a pas le choix des décisions que nous prenons en tant que cavaliers.

Par conséquent, c’est à nous – les personnes qui veulent profiter de l’expérience extraordinaire de l’équitation – de travailler continuellement à notre éducation, d’améliorer nos compétences et de nous mettre régulièrement au défi d’apprendre comment non seulement NE PAS causer de dommages avec notre équitation, mais aussi améliorer le bien-être physique et mental du cheval par l’équitation.

Si vous souhaitez avoir quelques idées sur la façon de commencer, consultez les liens ci-dessous. Mais toujours, toujours, adressez-vous à votre propre instructeur pour développer vos compétences équestres et répondre à vos questions sur l’entraînement des chevaux.

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour boutique