Sélectionner une page

3 façons dont les westerns vous mentent sur les chevaux

Lorsque nous allons au cinéma, nous savons tous que tout ce que nous voyons n’est pas réel. Nous restons assis pendant deux heures, sachant que les dragons n’existent pas (ou plus, n’est-ce pas ?) et que les voyages spatiaux intergalactiques ne sont pas possibles. Nous suspendons volontairement notre incrédulité et nous nous laissons porter… même s’il s’agit d’une promenade à cheval !

La façon dont Hollywood traite les chevaux dans les films peut être passionnante à regarder, mais c’est rarement ainsi que cela se passe dans la vie réelle. Et nous ne parlons pas seulement des chevaux d’eau magiques dans des films comme Le Seigneur des anneaux, mais aussi de films “historiques” qui sont tout sauf réels. Voyons selon le vendeur de porte documents, licol et porte document pour équitation a Lyon, comment l’équitation et le traitement des chevaux diffèrent par rapport à la nature du cheval.

Erreur du film : Le cheval de longue distance peut simplement brouter

Comme nous l’avons dit dans cet article sur les idiomes concernant les chevaux, il y a une très bonne raison pour laquelle l’expression “manger comme un cheval” existe. Bien que cela varie en fonction de la taille du cheval, un cheval moyen mange environ 10 kg de nourriture par jour. À l’état sauvage, un cheval passe presque tout son temps à brouter de l’herbe.

Mais qu’en est-il lorsqu’un cheval court toute la journée avec un cavalier sur son dos ? Si un cheval court pendant des heures, il travaille dur (il brûle des calories supplémentaires) et n’a pas le temps de brouter. Étant donné qu’il fait un tel effort pendant cette course de fond, il a besoin d’un aliment beaucoup plus riche en calories que les graminées habituelles, mais les films montrent des chevaux en train de brouter normalement après une longue course. En réalité, le cavalier devrait trouver une forme d’aliment riche en calories pour nourrir le cheval, comme des céréales.

Lors d’une longue randonnée à cheval il y a deux cents ans, d’où vient ce grain ? Le cavalier pouvait s’arrêter dans une ville ou tomber sur un champ déjà planté. Mais il est beaucoup plus probable qu’il transporte cette nourriture avec lui. Mais la nourriture pèse lourd, et le cheval porte déjà un cavalier. Qui porte les provisions ?

Erreur du film : Les cavaliers chevauchent seuls

Le “loup solitaire” est un trope populaire à Hollywood. Il s’agit généralement d’un personnage qui arrive en ville seul, avec seulement son six-coups et son cheval. Un cheval.

Quelle est l’erreur ? En réalité, le loup solitaire aurait deux chevaux, ou peut-être même trois. L’Ouest américain est une immense étendue de terre, avec des jours ou des semaines entre les colonies au début. Cela signifie qu’une personne à cheval doit emporter une grande quantité de provisions, notamment de la viande séchée, des haricots et du café. Comme le cheval qu’ils montent est déjà chargé d’un cavalier et de son équipement, un deuxième – voire un troisième – cheval est nécessaire pour transporter les provisions.

Hollywood montre rarement un deuxième cheval qui suit le héros. Si un deuxième équidé est présent, il s’agit généralement d’une mule qui n’est là que pour les excursions en montagne enneigée.

Les erreurs du cinéma : Les chevaux dévalent les pentes

Même si vous n’avez jamais vu le film australien The Man From Snowy River (1982), vous connaissez peut-être sa scène la plus célèbre : le cheval qui dévale une pente très raide et rocheuse. C’était une telle cascade, en fait, qu’elle figure sur la couverture du DVD.

Il est important de se rappeler que cette scène était, en fait, une cascade. Le cheval a été spécialement entraîné pour cela, et l’angle de prise de vue donne l’impression que la situation est beaucoup plus précaire qu’elle ne l’est en réalité. En réalité, les chevaux descendent une pente abrupte de la même manière que les humains : ils se mettent sur leur derrière et filent ! Le “booty-scooty” n’a pas l’air aussi excitant ou noble.

Bien sûr, faire descendre les chevaux n’est jamais un problème lors de l’équitation ici à Lyon… nous n’avons pas vraiment de collines !

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour boutique